jeudi 7 juillet 2011

Une scène modifiée de l'épée mortelle...



Source Cassandra Clare

Cette scène était dans l'ARC (Copie avancée du livre) de l'épée mortelle à l'origine et a ensuite été effacée. C'était une bonne scène pour Isabelle, Mais je pense qu'elle n'était pas vraiment nécessaire à l'histoire. Elle commence exactement en haut de la page 288 (dans l'édition américaine à couverture rigide).
"Comme c'est commode. Tout le monde est soit inconscient soit délirant manifestement," dit l'inquisitrice. Son ton tranchant réduit tout le monde au silence. "Créature obscure, tu sais parfaitement que Jonathan Morgenstern ne devrait pas être dans ta maison. Il aurait dû être écroué dans ta cellule de sorcier."
"Je connais ton nom, Magnus Bane," poursuivit l'inquisitrice. "Et aussi d'autres détails te concernant. Tu as été élevé par les frères silencieux de Madrid au XVIIe siècle. Ils t'ont donné un nom et t’ont laissé sortir lorsque tu avais seize ans. Je sais ce que tu as fait, des choses que tu préférerais garder cacher. Cela t'a pris tellement de temps pour te bâtir une réputation ; Un mot de moi pourrait tout anéantir. Alors fais très, très attention si tu veux rester dans le coup. Tu as déjà manqué à tes devoirs une fois ; tu n'auras pas de deuxième chance."
"Manquer à mes devoirs ? demanda Magnus en haussant les sourcils. "Juste en emmenant ce garçon ici ? Il n'y avait rien dans le contrat que j'ai signé qui stipulait que je ne pouvais pas l'emmener ici de mon propre chef."
"Ce n'est pas ce que je te reproche," répliqua l'inquisitrice. "Par contre, le laisser voir son père l'autre nuit était ton erreur."
Il y eut un silence étonné. Alec tomba à quatre pattes sur le sol, ses yeux cherchaient ceux de Jace... Mais Jace ne le regarderait pas, son visage était un masque.
Luke prit la parole en premier. "C'est ridicule," s'exclama-t-il. Clary l'avait rarement vu aussi furieux. "Jace ne sait même pas où est Valentin. Alors arrête de le traquer de la sorte."
"La traque, c'est ce que je fais de mieux, créature obscure, " répliqua l'inquisitrice. "Elle se tourna vers Jace. Dis la vérité, maintenant mon garçon, et tout sera plus simple."
Jace souleva son menton. "Je n'ai rien à vous dire."
"Vraiment ?" Les mots de l'inquisitrice claquèrent comme un fouet. "Si tu es innocent, pourquoi n'essayes-tu pas de te disculper ? Dis-nous où tu étais la nuit dernière. Parle-nous du petit bateau de Valentin."

Clary le fixa. Elle ne pouvait rien lire sur son visage. Je suis allé faire un tour, avait-il dit. Mais cela ne voulait rien dire. Peut-être était-il vraiment allé faire un tour. Mais le malaise dans son cœur et son ventre lui disait le contraire. Tu sais quelle est la pire chose selon moi ? avait expliqué Simon. Ne pas faire confiance à la personne que tu aimes le plus au monde...

Comme Jace ne parlait pas, Robert Lightwood reprit de sa voix profonde et grave : "Imogène ? Tu dis que Valentin est...était... sur un bateau ?"
"Au milieu de l'East River, " précisa L'inquisitrice. "C'est exact."
"Voilà pourquoi je ne pouvais pas le trouver," dit Magnus, à mi-voix comme pour lui-même. Il avait toujours l'air étonné. "Toute cette eau... cela troublait mon sortilège."
"Mais comment Jace a-t-il pu aller là-bas ?" demanda Luke, perplexe.
"Les chasseurs d'ombres sont de bons nageurs, mais la rivière est gelée... et dégoûtante..."
"Il volait," expliqua l'inquisitrice. "Il a emprunté la moto du chef des Vampires de cette ville et a volé jusqu'au bateau. N'est-ce pas, Jonathan ?"
Jace laissa tomber ses mains en serrant les poings. "Mon nom est Jace."
"Il n'y a pas de Jace, Jace est un fantôme, une invention de ton père et toi pour pousser les Lightwood à t'aimer. Tu es le fils de ton père et tu l'as toujours été."
L'inquisitrice se tourna vers Isabelle. "Va faire un tour sur le côté de cette maison," ordonna-t-elle. "Tu trouveras une allée étroite avec des poubelles. Quelque chose en bloque le passage tout au bout, quelque chose de couvert par une bâche. De retour, tu nous diras ce que c'est."
"Izzy." Jace était tendu."tu n'as pas à faire tout ce qu'elle te demande."
Les yeux sombres d'Isabelle étincelaient comme des feux de Bengale. "Je veux le faire. Je veux lui prouver qu'elle se trompe à ton sujet." Elle parlait comme si l'inquisitrice n'était pas là alors qu'elle se dressait sur ses pieds. "Je serai bientôt de retour".
"Isabelle--"
Mais, elle était partie, la porte se refermant lentement derrière elle. Luke avança vers Jace et essaya de poser une main sur son épaule, mais Jace le repoussa et alla s'appuyer contre le mur. L'inquisitrice le regardait avec avidité, comme si elle voulait boire sa tristesse comme du vin. Saleté de vicieuse, pensa Clary. Pourquoi le torture-t-elle comme ça ?
Parce qu'elle a raison. La réponse lui parvint comme si quelqu'un d'autre la lui avait soufflée dans sa tête contre sa volonté. Il a fait exactement tout ce qu'elle prétend, regarde son visage.
Mais le visage de Jace était blanc, ses yeux étaient la seule chose vivante sous cette façade lisse. Peut-être était-ce un plan pour discréditer l'inquisitrice. Pourtant elle n'avait pas l'air de quelqu'un qui avait peur d'être discrédité, elle avait l'air...
La porte d'entrée s'ouvrit à la volée avec fracas et Isabelle avança dans la pièce, ses cheveux noirs flottant autour de son visage. Son regard passa du visage impatient de l'inquisitrice à celui inquiet de ses parents, de la mâchoire serrée de Jace au regard furieux d'Alec, et dit, "Je ne sais pas de quoi elle parle, Il n'y a absolument rien là-bas."
L'inquisitrice tendit son cou et redressa la tête comme un cobra."Tu es une menteuse!"
"Fais attention à ta façon de parler à ma fille, Imogène," protesta Maryse. Sa voix était calme mais ses yeux bleus lançaient des flammes.
L'inquisitrice l'ignora. "Isabelle," reprit-elle, son ton radoucit au prix d'un effort important,"Je comprends ta loyauté envers ton ami..."
"Ce n'est pas mon ami." Isabelle regarda Jace qui la fixait soudain l'air ahuri. "C'est mon frère."

"Non," protesta l'inquisitrice, sur un ton presque compatissant, " Il ne l'est pas." soupira-t-elle. " Tu réalises à quel point, refuser des informations à un officier de l'enclave est une infraction à la loi ?"
Isabelle souleva son menton, ses yeux flamboyaient. En pareil instant, elle n'était autre qu'une copie miniature de sa mère. "Bien sûr que je le sais. Je ne suis pas stupide."

"Non de Dieu, Imogène," claqua Luke, "Tu n'as pas mieux à faire que de brutaliser une bande de gosses ? Isabelle t'a dit qu'elle n'avait rien vu ; va-t’en maintenant."
"Des gosses ?" L'inquisitrice tourna vers Luke un regard glacial. "Comme quand tu étais un gosse, et que le cercle complotait pour détruire l'enclave ? Tout comme quand mon fils était gosse et qu'il..." Elle se retint d'en dire plus hors d'haleine, comme si elle essayait de reprendre le contrôle d'elle-même par la force.
"Donc c'est à propos de Stephen, voilà tout," dit Luke, avec une sorte de pitié dans la voix. "Imogène..."
Le visage de L'inquisitrice se déforma."Stephen n'a rien à voir là-dedans! La Loi! Seule la loi compte!" Elle se tourna vers Isabelle qui eut un mouvement de recul, surprise par la fureur qui se lisait sur le visage de la vieille femme. "En me défiant, tu as enfreint la loi, Isabelle Lightwood! Je pourrais te faire retirer tes marques pour ça!"
Isabelle retrouva sa contenance. "Vous pouvez prendre votre loi, " répliqua-t-elle sur un ton mesuré " et vous la carrer où je pense..."
"Elle ment" Les mots furent prononcés avec résolution, et presque sans sentiment. Clary mit un instant pour réaliser que ces mots avaient été prononcés par Jace ; Il s'était avancé vers l'inquisitrice et lui faisait face masquant Isabelle à ses yeux à présent. "Vous avez raison. J'ai fait tout ce que vous avez dit. J'ai pris la moto, j'ai traversé la rivière, J'ai vu mon père, et je suis revenu et j'ai caché la moto au bout de l'allée. Je viens de tout admettre alors foutez la paix à Isabelle."
C'est drôle, mais j'ai le sentiment d'avoir lu cette scène, peut-être est-elle dans la VF en fait. Il faut que je vérifie à l'occasion...

Cette scène existe dans sa quasi-intégralité dans l'édition française... Elle débute à la page 340. Le développement est sensiblement le même à quelques détails près. En effet, comme le précise Cassie, la part d'Isabelle n'y est pas ou pas aussi intense.... Son côté rebelle est moins affirmé dans la scène finale. Je vous laisse apprécier les différences...


Aucun commentaire :

Publier un commentaire

Bonjour, donnez votre avis et vos pensées sur cet article, et essayez autant que possible de ne pas faire de hors sujet. Les commentaires sont modérés, ils ne s'affichent donc pas tout de suite, soyez patients :)