jeudi 11 avril 2013

Lily collins parle du fim "City of Bones" avec Crave online...



 On continue avec la série d'interviews accordées lors du Wonder Con, avec une très belle confession de Lily Colins sur le métier d'actrice, ce qui l'a amenée à faire le film "City of Bones" et comment elle aborde son métier avec beaucoup d'enthousiasme, de pudeur et de pugnacité...




CraveOnline : avez-vous déjà auditionné pour d’autres adolescentes de littérature ? Il semble que vous seriez dans vos baskets dans n’importe laquelle qui serait adaptée.
Lily Collins : Oui, une de mes premières auditions en réalité a été pour Twilight, ce qui est très drôle maintenant que j’y pense.
Pour Quel rôle ?
Celui de Kristen.

Oh, pour Bella ?
Pour Bella, oui. C’était il y a plusieurs années. J’étais nouvelle sur la scène, nouvelle pour auditionner et je me demandais toujours "mais qu’est-ce qu’il va se passer ?" Tout ce monde qui vous attend dans une salle d’attente. Un de ces jours d’anxiété pour un jeune acteur. Je me souviens avoir lu le script de Sublimes Créatures et tant d’autres. Je pense que nombre de jeunes acteurs et actrices d’Hollywood ont commencé par lire le même type de choses, mais je pense que les choses n’arrivent pas par hasard et que ceux qui décrochent le rôle étaient faits pour lui. J’y crois fermement.

Bien sûr et en attendant que Mortal Instruments se développe, vous êtes devenue une actrice accomplie. Sont-ils venus vous chercher ?
Screen Gems m’a approchée. C’était en grande majorité la même équipe qui avait travaillé sur Priest et nous avions de relations très proches et ils savaient que j’étais une grande fan de la série. Donc j’étais très honorée quand j’ai eu 'opportunité de jouer un personnage que j’avais aimé au fil du temps.

Est-ce que Hunger Games a été dans votre collimateur à un moment donné ?
Oui, définitivement. Je me souviens avoir entendu parler du livre et puis du film, mais Jennifer [Laurence] est juste parfaite pour Katniss et je suis tellement ravie et contente pour elle. C’était mon dernier truc avant que la nouvelle n'éclate.

Alors c’est arrivé bien avant qu’ils ne fassent le casting pour Hunger Games ? [TMI]
Oui, ce projet est sur le tapis depuis assez longtemps. Il a un peu changé de main. Mais comme je l’ai dit, les choses n’arrivent pas par hasard.

Je suis tout à fait d’accord avec vous. Je suis juste fasciné(e) par cette industrie où ils appellent tous les talents contemporains pour la même chose.
Oh, c’est complètement étrange. En effet, et c’est marrant parce que beaucoup d’entre nous sont amis donc si l’un d’entre nous ne décroche pas le rôle, c’est un ami qui en profite donc c’est bien car nous pouvons nous soutenir.

Clary est un personnage intéressant car elle peut voir des choses que les autres ne voient pas. Vous sentez-vous parfois comme ça dans la vraie vie, voir des choses que les autres ne voient pas ?
J’aime les choses vieillottes, antiques et tout ce qui est vintage. Beaucoup de choses que je possède sont des trucs que la plupart des gens appelleraient des ordures. Donc je vois la beauté dans les choses anciennes et ce vieux monde auquel personne n’accorderait un second regard.

Et en tant qu’actrice, observez-vous le monde à différent niveau, en étudiant les comportements ?
J’ai toujours adoré regarder les gens et je pense que c’est la meilleure école pour acteur, Juste regarder les autres en interaction et leurs petites manies personnelles et leur façon d’interagir avec les autres. J’ai toujours été quelqu’un de très analytique quand il s’agit de la nature humaine, je suis fascinée par ça car on ne sait jamais ce qu’on va pouvoir apprendre et utiliser pour un prochain rôle.

Avez-vous lu les six livres ?
J’ai arrêté après les tout premiers, parce qu’il y a une part de moi qui veut vraiment faire ce voyage avec Clary, dans le sens de l’expérimentation et découvrir ce qui vient après en même temps qu’elle. Parce que quand vous transposez un livre en film, de toute évidence, des choses changent un petit peu. Il faut à peu près quatre pages pour décrire l’apparence de quelqu’un alors que dans un film ça apparaît juste à la caméra. Donc je voulais vraiment être en mesure de faire ce voyage avec Clary dans un certain sens. C’est certain que c’est dans l’éventualité où il y aura une suite. J’espère que nous irons jusqu’à cette étape et si ce n’est pas le cas, à ce moment-là, si je ne dois plus être Clary, alors je me replongerai dans les livres pour voir ce que cela aurait dû être. Mais je voudrais le vivre à travers ses yeux.

Alors où vous êtes vous arrêtée, au second livre ?
Je pense que c’était peut-être à la moitié du troisième, mais après, je n’ai pas voulu les relire parce que si vous commencez à vous concentrer trop sur le livre, vous vous demandez où ils vont s’arrêter ? Au lieu de m’embrouiller, je voulais me concentrer sur une chose à la fois.

Mais certains livres n’ont pas Clary, n’est-ce pas ?
En effet, le prequel. Ils parlent du même univers mais avant Clary.

Pourriez-vous les lire sans vous embrouiller ?
Oui, oui, je pense que je n’ai pas trop de temps dans mon emploi du temps en ce moment. À part relire ou réécrire des scripts, mais c’est le genre de chose auxquelles je pense.
Du moment que vous aimez les livres, y a-t-il des choses sur le tournage, dont vous pensez : "nous devons le faire de cette façon"?
C’est une conversation constante entre le producteur, le réalisateur et les acteurs, quand il y a quelque chose de spécifique. Parce que les fans de ces livres sont si nombreux, qu’il faut prendre en considération ceux qu’ils attendent le plus, ce qu’ils espèrent, ce qu’ils veulent, ça a été une grosse partie du processus aussi. C’est une sorte de bataille constante à savoir comment adapter les choses. Devons-nous réellement jouer de cette façon ? Pouvons-nous juste montrer une image de ça ? C’est une collaboration constante.

Y a-t-il des choses dont vous ayez été surprise ou déçue qu’ils aient retiré ?
Je ne peux pas en parler pour l’instant car le film n’est pas entièrement monté, donc je ne sais pas encore ce qui sera gardé ou retiré, mais nous le verrons bientôt.

C’était comment d’être sur le plateau de l’hôtel Dumort pour de vrai ou sur le plateau du night-club ?
Oh mon dieu, le plateau de l’hôtel Dumort était pour moi, nous avons tourné dans un vrai vieil hôtel décrépi. Il y avait des fuites, c’était sale, c’était exactement comme dans les livres. Donc nous avons tourné là-bas toutes les nuits, alors il était genre deux, trois ou quatre heures du matin et il gelait. Mais c’était amusant. Ça n’arrive pas tous les jours de botter des fesses dans un hôtel de vampires !

Où était l’hôtel ?
Il était à Toronto, mais juste à l’extérieur de la ville. C’était sale.

Est-ce que Clary apprend à se battre avant la fin du premier film ?
Oui, elle se bat vers la moitié il me semble. Elle se bat vers la moitié. Elle montre un potentiel énorme à la moitié et cela ne fait que grandir à mesure que l’histoire avance.

Espérez-vous pouvoir montrer ses complètes aptitudes à se battre et à botter des fesses dans le prochain film ?
Oh oui, pour aussi longtemps qu’ils voudront de moi pour jouer Clary, je me consacrerai aux cascades autant que possible. J’aime ça. Aussi longtemps que je peux botter des fesses, je le ferai.

Il y en avait un peu dans Miroir Miroir, n’est-ce pas ?
Oui, et c’était le même département de cascades aussi, qui est énorme. Je les connaissais bien, et j’étais habituée à eux et c’était une introduction aux cascades et aux combats de travailler sur Miroir Miroir mais c’était une entrée en matière d'un genre différent.

Cela fait seulement trois ans que "The Blind Side" est sorti, mais est-ce qu’il vous semble que c’est votre métier maintenant, êtes-vous une actrice accomplie?
C’est amusant. Quand ils disent, "que faites-vous ?" J’aime jouer la comédie. Je trouve ça bizarre parfois de le dire, "je suis une actrice" parce que j’aime la photographie, j’aime aussi la cuisine. Il y a tellement de chose que j’aime faire que le présenter comme un métier me semble parfois bizarre. Je me sens vraiment chanceuse de travailler autant que je le fais, mais quand vous en parlez comme ça, quand vous lui donnez un nom, c’est un peu étrange.

Êtes-vous en mesure d’alterner entre de grosses productions et de plus petits films aussi ?
Oui, j’ai deux films indépendants qui sortent cet été, Stuck in Love et The English Teacher. J’ai commencé à faire des films indépendants l’année dernière. Je n’avais jamais eu une telle expérience sur un plateau de tournage. La nature rapide du rythme et la façon différente de travailler qu’avec des films à gros budget était vraiment très intéressante pour moi et j’ai adoré la camaraderie qu’on avait sur un plateau comme ça.

Est-ce que ces films ont déjà été joués dans un festival ?
Oui, Stuck in Love occasionnellement appelé Writers et a fait son avant-première au TIFF (Toronto international film festival). The English Teacher fera son avant-première à Tibeca.
Allez-vous y aller ?
Je ne peux pas, je serai en Angleterre, à Dublin pour tourner un film.

Quel sera votre prochain film ?
Ça s’appelle Love, Rosie et j’interprète une anglaise qui grandit de 17 à 28 ans et qui a un enfant. C’est censé être une comédie romantique, mais il y a beaucoup de cœur, et aussi beaucoup de drame.

Quel serait votre rôle rêvé à cet instant ?
Je continue à aimer les pièces de la période Britannique. J’aimerais vraiment faire ça, et aussi une vraie comédie.

Avez-vous ce genre d’offres ?
Je continue à me battre pour les rôles. J’auditionne. Je rencontre des gens pour certaines choses. Je suis toujours ouverte pour n’importe quel type de projet qui se trouverait sur ma route, mais je suis préparée à me battre pour des rôles.

Comment vous battez-vous pour un rôle si par exemple il y a quelque chose dans laquelle ils ne vous voient pas ?
J’essaye de rentrer dans la salle et auditionner. Vous devez auditionner. Si les gens ne vous voient pas d’une certaine façon, vous devez leur prouver que vous pouvez le faire quand même. Je suis préparée à faire ça.

Est-ce étrange pour vous que des enfants peuvent voir Miroir Miroir et The Blind Side à présent et que vous êtes chez eux ?
C’est très, très mignon quand des petites filles m’approchent, ou quand des gens viennent me voir et me disent qu’ils ont vraiment aimé un de mes films ou qu’ils l’ont regardé en famille et ont été contents et ont ri. C’est, pour moi, comme si je pouvais aider ces gens à faire parti de l’histoire, c’est ce que j’aimais le plus quand j’étais petite, être emporté dans un autre monde.


Source TMISOURCE via Crave Online

Aucun commentaire :

Publier un commentaire

Bonjour, donnez votre avis et vos pensées sur cet article, et essayez autant que possible de ne pas faire de hors sujet. Les commentaires sont modérés, ils ne s'affichent donc pas tout de suite, soyez patients :)