vendredi 29 juillet 2011

Que lire en attendant COFA : Propositions d'août

...

Un mois de plus ou un mois de moins? Doit-on égrainer ou décompter le temps qui nous reste avant la sortie de COFA en français?

En attendant, voici de nouvelles propositions sorties tout droit de la blogosphère de la part de blogueuses, forumeuses de talent qui ont accepté de se prêter au jeu des chroniques de lecture.

Encore de belles idées pour un mois d'août sous le signe de la lecture...

J'adresse une nouvelle fois mes plus sincères remerciements aux chroniqueuses de ce mois... J'espère qu'elles vont vous tenter et que ces lectures vous feront patienter en attendant COFA!


La première proposition vous est faite par Vovka
du forum Saint Valdimir's forum


A comme Association tome 4 : le subtil parfum du soufre Pierre Bottero

J’ai choisi le 4eme tome de la série car c’est pour le moment le meilleur sur les 5 sortis (8 sont prévus). Jasper et Ombe sont des agents stagiaires pour l’Association, ils sont donc envoyés sur le terrain pour gérer les Anormaux comme par exemple des vampires, des trolls, des magiciens ou encore des loups-garous dans ce tome. La spécificité de cette série est d’être écrite à 4 mains, Pierre Bottero (avant sa mort) s’occupait des missions d’Ombe (tomes 2 et 4) et Erik l’Homme de celles de Jasper (tomes 1,3,5).

Donc si vous avez bien tout suivi l’héroïne de ce tome est Ombe, 18 ans, une fille énergique et qui ne mâche pas ses mots (ses répliques sont excellentes). On la découvrait dans le tome 2 comme une fille très dure avec les autres, presque insensible mais elle tombe amoureuse et devient plus touchante, presque fragile.

L’histoire est, comme d’habitude avec ces auteurs, très bien menée, on commence à sentir dans ce tome que tout n’est pas si simple et que nos héros sont au milieu de quelque chose qui les dépasse un peu. Le style est fluide, les tomes se lisent tous très vite, c’est très agréable. Et puis Ombe est vraiment un personnage extraordinaire : c’est une bombe (à tous les sens du terme) qui menace sans cesse d’exploser mais on s’y attache très facilement. On va dire qu’elle ne prend pas de pincettes comparé à Jasper qui lui réfléchit beaucoup plus. Le tome 4 est celui qui m’a fait passer par le plus d’états : euphorique comme Ombe qui tombe amoureuse, stressée par les aventures de l’héroïne et j’avais les larmes aux yeux en lisant la fin…

Cette série a vraiment tout pour plaire, elle est efficace et prenante ; et même si les 2 premiers tomes semblent être juste drôles, ceux d’après promettent une histoire plus complexe et bien ficelée. Il ne faut pas se fier à la taille des bouquins (ils sont très fins) car c’est vraiment pour tout public avec des références ou des jeux de mots quasiment à chaque ligne, je suis sûre d’en avoir raté !

À glisser sans hésiter dans vos valises pour partir à la plage –ou même pour rester devant la cheminée vu le temps !


La deuxième proposition est faite par Alex

Du Blog "ma librairie de coeur"


« Comment se débarrasser d'un vampire Amoureux »

de Beth Fantaskey

Le Masque - MsK

Présentation de l'éditeur :

Jessica attendait beaucoup de son année de Terminale : indépendance, liberté, fêtes... Elle n'avait certainement pas vu venir Lucius Vladescu !

Adoptée seize ans plus tôt en Roumanie, Jessica découvre avec stupeur qu'elle est fiancée à un prince vampire depuis sa tendre enfance, et qu'il a bien l'intention de réclamer sa promise.

Séduisant, ténébreux, romantique, Lucius est persuadé que Jessica va lui tomber dans les bras. Malheureusement, la jeune fille a d'autres projets et pas la moindre envie de suivre un inconnu en Roumanie, tout prince vampire qu'il soit.

Ce qu'en pense Alexandra :

J'ai lu ce livre il y a quelques temps déjà. Je l'avais vu à de nombreuses reprises à la librairie et il me tentait énormément mais j'avais quelques a priori "encore un livre sur les vampires". Je vous rassure, après lecture, je peux vous affirmer qu'il ne ressemble en rien à la série de Stéphanie Meyer (que j'aime beaucoup) ou celle de LJ Smith. L'histoire est captivante et très agréable à lire, les personnages sont attachants en particulier le grand et ténébreux Lucius Vladescu qui ne vous laissera pas indifférente. Entre amour, humour et jalousie, ce premier roman est envoûtant.

Adoptée quelques années plus tôt en Roumanie, Jessica ignore tout de ces origines. Elle a grandi dans la ferme de ses parents Dara et Ned, une famille de végétarien un peu loufoque et défendant les animaux. Jessica est une adolescente comme les autres, elle aime l'équitation, les maths, feuilleter les magazines de mode avec sa meilleure amie Mindy et espère sortir avec Jake, un de ces camarades de classe. Mais la jeune femme n'avait pas vu arriver Lucius Vladescu...

Arrivant tout droit de Roumanie, Lucius est bien déterminé à honorer le pacte qui le lie à Jessica mais la jeune femme en a décidé autrement, fermement décidé à lui faire plier bagages. Lucius met tout en œuvre pour conquérir Jessica mais au fur et à mesure le jeune homme se lasse de l'indifférence de celle-ci, se rapprochant de Faith, une de leur camarade de classe. C'est alors que commence la seconde partie de l'histoire. Plus sombre que la précédente, Lucius apparaît froid, distant, torturé et abattu physiquement. Menacer par les Aieux, Jessica met tout en œuvre pour sauver Lucius...

Le livre est une bouffée d'air frais, un grand coup de cœur. Certes, la fin est un peu rapide mais surprenante. Dès les premières pages, l'histoire est prenante et il est dur de lever les yeux du livre.

Citation :

- Essaie cette robe.
- J'ai déjà plein de vêtements, insistai-je.
- Oui. Et tu ferais mieux de tous les jeter. Et en particulier ce tee-shirt avec le cheval blanc, le cœur et la lettre I dans le fond. Qu'est-ce que ça veut dire ?
- I love les chevaux arabes. Pour dire que j'aime les chevaux arabes, expliquai-je.
- J'aime la viande saignante, mais ce n'est pas pour autant que je porte la photo d'un steak cru sur le torse.


La troisième proposition est faite par Kyanah

du blog "les rêveries de Kyanah"

« Je veux vivre »

de Jenny Downham

Présentation de l’éditeur :

Tessa vient d'avoir seize ans et se sait condamnée.

Dans quelques semaines, elle mourra d'une leucémie. Partagée entre la révolte et l'angoisse, l'injustice et les aspirations propres à son âge, Tessa décide de tout connaître de la vie avant de mourir, y compris les transgressions, la célébrité...

Aidée de sa meilleure amie, de ses parents qui acceptent tout, Tessa se lance

alors dans une course contre la montre, contre la mort, pour vivre

Mon avis :

Contrairement à « La cité des ténèbres », ici, point de monde imaginaire ni de créatures magiques, mais un hymne à la vie qui ne vous laissera sans doute pas indifférent. Pendant ma lecture, j’ai ri, j’ai ressenti de la colère, de l’agacement, de la compassion, de l’injustice, j’ai eu peur, j’ai aimé, j’ai pleuré.

De la première à la dernière page, de la première à la dernière ligne, ce livre est simplement bouleversant. Les jours de Tessa, 16 ans, atteinte d’une leucémie, sont comptés. Elle va alors établir une liste de 10 choses qu’elle aimerait faire avant de s’en aller.

Très émouvante, mais jamais larmoyante, la plume de Jenny Downham est extrêmement juste. Elle aborde un sujet délicat avec beaucoup d’aisance et de finesse. Il y a la maladie, bien sûr, avec les hôpitaux, les ponctions lombaires, les piqûres, les injections, les traitements, l‘injustice de mourir si jeune. Mais il y a aussi et surtout la liste, cette fameuse liste, qui finalement permettra à Tessa de se sentir en vie, vraiment en vie. La vie est présente, vibrante, dans chaque page, chaque sensation : dans la luminosité particulière d’un matin de printemps, dans l’envol d’un papillon, dans le bruit de la circulation au lointain, dans la douceur d’un jus de mangue, dans la rugosité d’un bâton de glace contre la langue, dans la chaleur des bras de ceux que l’on aime. Toutes ces petites choses sont célébrées, ces choses qui nous paraissent tellement normales qu’on n’y prête – à tort ! - plus attention, mais qui deviennent primordiales, indispensables, presque insupportables, quand on a conscience que c’est peut-être la dernière fois qu’on les ressent.

Côté personnages, j’ai eu un peu de mal avec le comportement de Zoey, la meilleure amie, mais j’ai beaucoup aimé les autres personnages : tout d’abord son père extrêmement touchant dans sa volonté à tout faire pour la sauver, ensuite son petit frère qui, du haut de ses 11 ans, joue le grand, le dur, mais qui au fond ne peut imaginer un avenir sans sa grande sœur et enfin Adam amoureux, présent, réconfortant. Adam et le père de Tessa sont pour moi de loin les personnages les plus attachants de ce livre.

Les pages tournent inévitablement, tout comme s’écoulent inexorablement les derniers jours de Tessa. La réalisation de cette liste grignote chaque jour un peu plus son existence, chaque effort ayant un prix lourd à payer – la fatigue, les médicaments. Pourtant, même si la fin se rapproche, c’est cette liste qui apportera joie, relief et consistance à sa vie.

Du début à la fin, j’ai été prise dans l’histoire ; j’ai vécu intensément chaque moment avec Tessa. Chaque parenthèse de bonheur, d’exaltation, mais aussi chaque instant terrible, douloureux, impitoyable.

Déchirante est la fin de ce roman. Horrible, insoutenable. J’ai pleuré comme je n’ai pas pleuré depuis longtemps en lisant un livre.

En conclusion : « Je veux vivre » est une très belle leçon qui nous rappelle à quel point la vie est fragile et qu’il faut en profiter tant qu’il est encore temps. Dit comme ça, c’est banal, certes, et pourtant si fondamental.

Aucun commentaire :

Publier un commentaire

Bonjour, donnez votre avis et vos pensées sur cet article, et essayez autant que possible de ne pas faire de hors sujet. Les commentaires sont modérés, ils ne s'affichent donc pas tout de suite, soyez patients :)